Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

lundi 7 mars 2011

Une action manifestement mal fondée n'entraîne pas nécessairement une déclaration d'abus

par Karim Renno
Osler, Hoskin & Harcourt s.e.n.c.r.l./s.r.l.

Les contributeurs au Blogue ont souvent traité de l'importance, à la lumière des articles 54.1 C.p.c. et suivants, de faire la distinction entre les procédures manifestement mal fondées et les procédures abusives (voir, par exemple, http://bit.ly/bVnaYK). Si il est possible que des procédures manifestement mal fondées soient abusives, c'est loin d'être un automatisme. La récente décision de la Cour supérieure dans Grenier c. 2165-1146 Québec Inc. (2011 QCCS 916) illustre bien ce propos.

Pour nos fins, les faits de l'affaire ne revêtent pas une grande importance. Il suffit de noter que le litige oppose le Demandeur à sa voisine, une personne morale, qui est propriétaire d'une rue du Domaine Mackenzie et à trois de ses résidants. Dans le cadre des procédures, chaque partie accuse l'autre d'avoir abusé des procédures et demande le remboursement de ses honoraires extrajudiciaires.

L'Honorable juge François Tôth saisi l'occasion pour remettre les pendules à l'heure sur ce type de réclamation et rappelle que l'existence de procédures manifestement mal fondées ne suffit pas. Il fait démontrer la mauvaise foi ou, à tout le moins, la témérité dans les actions de la partie ainsi accusée:
[184] Les parties s'accusent mutuellement d'abus de droit et se réclament leurs honoraires extrajudiciaires.
[185] Les principes juridiques applicables ont été bien expliqués dans l'arrêt de la Cour d'appel dans l'affaire Viel c. Les entreprises immobilières du terroir ltée. Il s'agit probablement de l'arrêt le plus cité et le plus mal compris de nos annales jurisprudentielles.
[186] La Cour d’appel a précisé, dans l’affaire Royal Lepage commercial inc. c. 109650 Canada Ltd, après avoir rappelé les enseignements de l'arrêt Viel, que :
[5] Pour conclure en l’abus, il faut donc des indices de mauvaise foi (telle l’intention de causer des désagréments à son adversaire plutôt que le désir de faire reconnaître le bien-fondé de ses prétentions) ou à tout le moins des indices de témérité.
[6] Que faut-il entendre par témérité? Selon moi, c’est le fait de mettre de l’avant un recours ou une procédure alors qu’une personne raisonnable et prudente, placée dans les circonstances connues par la partie au moment où elle dépose la procédure ou l’argumente, conclurait à l’inexistence d'un fondement pour cette procédure. Il s’agit d’une norme objective, qui requiert non pas des indices de l’intention de nuire mais plutôt une évaluation des circonstances afin de déterminer s’il y a lieu de conclure au caractère infondé de cette procédure. Est infondée une procédure n’offrant aucune véritable chance de succès, et par le fait, devient révélatrice d’une légèreté blâmable de son auteur. Comme le soulignent les auteurs Baudouin et Deslauriers, précités : « L’absence de cette cause raisonnable et probable fait présumer sinon l’intention de nuire ou la mauvaise foi, du moins la négligence ou la témérité ».
[187] Le demandeur reconnaît lui-même que 2165 avait l'intérêt requis s'adresser au Tribunal pour faire déterminer son droit de clore. Il y avait matière à débat.
[188] Le fait qu’une procédure soit mal fondée n’en fait pas ipso facto une procédure abusive au sens de l’article 54.1 C.p.c. Il faut se garder des automatismes.
[189] Une procédure mal fondée sera rejetée, généralement avec dépens. Pour déclarer de plus que cette procédure est abusive ou qu’il y a abus d’ester en justice, le Tribunal doit être convaincu que la conduite de la partie, à qui l’on fait ce reproche, est elle-même abusive, outrageante, répréhensible, équivalente à de la mauvaise foi ou qu’elle démontre une « légèreté blâmable ».
Le texte intégral du jugement est disponible ici: http://bit.ly/fsJmEs

Référence neutre: [2011] CRL 92

Autres décisions citées dans le présent billet:

1. Viel c. Les entreprises immobilières du terroir ltée, J.E. 2002-937 (C.A.).
2. Royal Lepage commercial inc. c. 109650 Canada Ltd., J.E. 2007-1325 (C.A.).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.