Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

lundi 4 avril 2011

L'exécution provisoire n'est pas permise en matière de radiation d'une inscription immobilière

par Karim Renno
Osler, Hoskin & Harcourt s.e.n.c.r.l./s.r.l.

Dans le cas d'une demande de radiation d'un droit immobilier, deux impératifs s'affrontent habituellement. D'un côté, il y a l'empressement pour le propriétaire de se débarrasser de toute inscription et de l'autre le désir légitime de la partie adverse de protéger ses droits jusqu'à jugement final. Avec l'article 3073 C.c.Q., le législateur québécois a tranché en faveur de ce dernier comme le démontre l'affaire Bourkas c. Gidal Construction Inc. (2011 QCCS 1461).

Dans cette affaire, les Demandeurs réclament de la Défenderesse la somme de 395 596,28 $ pour l’inexécution d’un contrat de service relatif à la construction de leur résidence et à l’achat du terrain, et aussi parce que le coût final de leur résidence aurait excédé l’estimé initial. Les Demandeurs exigent également que la radiation de l'inscription légale inscrite par la Défenderesse. Celle-ci conteste toutes les réclamations des Demandeurs et se porte demanderesse reconventionnelle. Elle réclame des demandeurs diverses sommes totalisant 85 682,48 $

L'Honorable juge Gérard Dugré en vient à la conclusion que l'hypothèque n'aurait jamais dû être enregistrée. Il indique de plus qu'il aurait normalement ordonné l'exécution provisoire nonobstant appel, mais que l'article 3073 C.c.Q. ne lui permet pas:
[165] Les demandeurs sollicitent du Tribunal une ordonnance d’exécution provisoire nonobstant appel relativement à la radiation de l’avis d’hypothèque légale et du préavis d’exercice enregistrés sur leur résidence par Gidal.
[166] Étant donné que cette hypothèque légale est manifestement nulle et n’aurait pas dû être enregistrée et qu’il n’y a pas non plus de créance pouvant être garantie par cette hypothèque légale, il est évident que cette hypothèque doit être radiée. Ainsi, compte tenu de ces circonstances, le Tribunal aurait ordonné l’exécution provisoire de ces deux inscriptions en vertu du 2e al. de l’article 547 C.p.c.
[167] Cependant, l’art. 3073 C.c.Q. prohibe l’exécution provisoire lorsque le jugement porte sur la radiation d’une inscription.
[168] En conséquence, le Tribunal ne peut, en l’espèce, ordonner l’exécution provisoire et fait donc appel à la bonne foi de Gidal par voie de recommandation de procéder sans délai à la radiation des deux inscriptions.
Le texte intégral du jugement est disponible ici: http://bit.ly/gay8AX

Référence neutre: [2011] CRL 131

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.