Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

mardi 6 septembre 2011

10 jugements d’intérêt sur le pouvoir d’enquête du syndic d’un ordre professionnel

Par François-Xavier Robert
Conseiller juridique à l’Ordre des agronomes du Québec

Le pouvoir d’enquête du syndic, prévu à l’article 122 du Code des professions1, a fait l’objet de nombreuses décisions, tant des conseils de discipline que des tribunaux judiciaires.

Les dix décisions ci-dessous me semblent résumer adéquatement l’état du droit sur la question. Faute de temps et d’espace, cette revue jurisprudentielle n’est pas exhaustive. Toutefois, elle peut constituer un point de départ intéressant pour le lecteur qui désire connaître davantage la nature et les limites du pouvoir d’enquête du syndic.

Cour suprême

Le syndic peut exiger d’une personne qui n’est pas membre de l’ordre professionnel de fournir un document. Bien que le pouvoir d’enquête doit s’exercer à la suite d’une information à l’effet qu’un membre de l’ordre concerné a commis une enquête, il n’est pas nécessaire que le syndic soit en mesure d’identifier précisément le professionnel ayant commis l’infraction. Il est possible pour le syndic d’obtenir une injonction en vertu du droit commun québécois.

Cour d’appel

L’article 192 du Code des professions permet à un inspecteur de requérir la remise de l’original du dossier et non uniquement d’en faire une copie. L’interprétation littérale de l’article aurait des résultats absurdes. Bien que cet arrêt porte sur les pouvoirs du comité d’inspection professionnel, on peut l’appliquer au syndic puisque l’article 192 du code s’applique également à ce dernier3.


Le syndic n’a pas l’obligation de prévenir le professionnel avant de porter plainte. Le syndic est un enquêteur, pas un tribunal et n’est donc pas assujetti aux mêmes règles, notamment quant à l’équité procédurale. L’important est que le syndic puisse remplir ses fonctions avec indépendance visée à l’article 121 du Code des professions.


Le syndic ne peut mener enquête qui vise indistinctement tous les membres de l’ordre professionnel concerné, et ce, sans information préalable.

Cour supérieure

Le syndic n’a pas le pouvoir de forcer un professionnel à le rencontrer ou de lui répondre par écrit, à moins qu’une disposition du code de déontologie du professionnel ne contienne une disposition à cet effet.


L’article 192 du Code des professions permet au syndic de prendre copie d’un document, y compris d’un document informatique. Pour ce faire, il n’est pas nécessaire que le syndic obtienne un mandat de perquisition. En effet, l’article 190.1 du code, qui prévoit l’obligation d’obtenir un mandat pour effectuer une perquisition, ne vise que les enquêtes de nature pénale et non celles de nature disciplinaire. Il n’est pas opportun d’appliquer les règles gouvernant les saisies en matière pénale au droit disciplinaire.

Tribunal des professions

Pour faire enquête, le syndic n’a pas à obtenir la permission du Conseil d’administration et n’a pas non plus à transmettre un avis de convocation ou un préavis de sa visite4. Ni le conseil de discipline ni le Tribunal des professions n’ont comme rôle de contrôler les agissements du syndic.


Le syndic n’a pas le pouvoir de forcer un professionnel à remettre un document à un client. Il peut toutefois constater que le service requis par le client n’a pas été rendu et porter plainte par la suite.

Thibault c. Ingénieurs, 1999 QCTP 80

Si au cours de son enquête, le syndic constate qu’un autre professionnel que celui directement visé par l’information est concerné par la situation, il peut enquêter sur ce dernier.

Laporte c. Médecins, [1997] D.D.OP. 285 (T.P.)

Le syndic n’a pas besoin d’obtenir un mandat pour obtenir copie des dossiers pertinents du professionnel. Toutefois, ce pouvoir est sujet à contrôle par la Cour supérieure s’il est exercé illégalement. On peut faire un parallèle entre l’exercice du pouvoir d’enquête du syndic et celui de l’inspecteur tel que décrit par la Cour suprême dans l’arrêt Comité paritaire de l’industrie de la chemise c. Potash5. Le pouvoir d’enquête du syndic peut s’exercer sur ce qu’il constate lors de l’enquête et n’est pas limité par le libellé de la dénonciation ou du signalement.

1 L.R.Q., c. C-26.
2 Demande de permission d’appeler rejetée, 2010 CanLII 28786 (C.S.C.).
3 C’est d’ailleurs ce qu’a fait le Tribunal des professions dans Bitton c. Dentistes, 2010 QCTP 74.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.