Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

lundi 29 juillet 2013

Un syndic n’est pas lié par une clause d’élection de for

Par Pierre-Luc Beauchesne
Gowling Lafleur Henderson s.e.n.c.r.l., s.r.l.

Dans Lawrence Home Fashions Inc./Linge de maison Lawrence inc. (Syndic de) (2013 QCCS 3015), la Cour rejette la requête de Sears Canada Inc. en vertu de l’article 187(7) de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité demandant le renvoi de procédures devant la Cour supérieure de l’Ontario. Le Tribunal conclut qu’il n’y a pas de motif suffisant qui justifie le renvoi du dossier et que les juges du Québec sont capables d’appliquer des concepts de common law si la preuve appropriée leur est faite.

Faits
La débitrice a fait cession de ses biens le 28 mai 2012. Le Syndic a par la suite institué des procédures à l’encontre de Sears Canada Inc. (ci-après « Sears ») lui réclamant la somme de 371 129 $ représentant des marchandises vendues et livrées par la débitrice. 

Sears demande le transfert du dossier à la Cour supérieure de l’Ontario siégeant à Toronto en matière de faillite, et ce, en vertu de l’article 187(7) L.F.I. Sears prétend que la présence d’une clause d’élection de for dans le contrat entre elle et la débitrice, qui se lit comme suit, constitue une cause suffisante pour justifier le transfert du dossier :

« Submission to Jurisdiction.  Supplier and Sears hereby consent to attorn to the jurisdiction of the courts of the Province of Ontario and agree that the proper and exclusive venue for any dispute concerning this UTC, Related Agreement and any Purchase Order shall be in such courts.  All objections to such jurisdiction or venue are hereby waived. »
De plus, Sears prétend qu’elle subirait un certain préjudice si le dossier est présenté à Montréal, car elle devra prouver par témoignage d’expert la loi ontarienne relativement au « equitable set-offs ». Sears prétend également qu’elle subirait un préjudice, étant donné que plusieurs témoins devront se déplacer à Montréal.

Analyse
Le Tribunal rappelle la règle générale à l’effet que toutes les procédures relatives à une faillite doivent se dérouler à l’endroit où la faillite a été déposée, soit la localité du débiteur. Le Tribunal rappelle ensuite les principes applicables en matière de changement de district selon l’article 187(7) L.F.I. :

« [12] In the unanimous judgment in the Azco Mining case, Binnie, J., stated clearly that under Section 187(7) B.I.A., a motions judge is to take a choice of forum clause into "careful consideration" in determining whether "sufficient cause" pursuant to Section 187(7) B.I.A. exists to transfer a proceeding.  Binnie, J., added that 187(7) B.I.A. stands on its own and the Court should not consider Articles  3148 and 3135  of the Civil Code of Québec ("C.C.Q.") dealing with jurisdiction and choice of law.  A contractual choice of law clause is not a controlling factor under Section 187(7) B.I.A. as would be the case in a purely private matter under the C.C.Q. »
Le Tribunal conclut que la présence d’une clause d’élection de for dans le contrat entre Sears et la débitrice n’est pas suffisante en soi pour justifier le transfert du dossier :

« [14] In the case at bar, there is clearly a contractual choice of forum in favour of Ontario.  The Trustee did not allege the contract and sought to avoid the choice of forum clause on such basis.  That is clearly incorrect.  The goods sold and delivered by the Bankrupt to Sears for which the Trustee claims payment appear clearly to be governed by the contract and thus, the choice of forum clause.
[15] However, Sears' arguments that in this case the private interest of the choice of law prevail over the public interest of the single control doctrine are not convincing.
[16] The Motion supported by affidavit evidence filed by Sears states merely that Sears is :
"[…] currently in the process of assessing its rights with respect to possible claims based on the rules of set-off."
Thus, there is no clear assertion that the defence based on set-off, equitable or otherwise, will be pleaded.
[17] Moreover, clause 15 of the Contract referring to Sears' right of set-off, on its face, could give rise to a set-off other than equitable set-off – i.e. a set-off reconcilable with the Québec doctrine of compensation foreseen by Articles 1672 and following C.C.Q.
[18] In any event, should equitable set-off under Ontario law become relevant to the case, Québec judges sitting in such matters, on the presentation of the appropriate evidence, are readily capable of dealing with foreign law issues.  Indeed, this is a frequent occurrence particularly in insolvency matters.
[19] With regard to the availability of witnesses, the Court notes from the affidavit evidence that Sears' employees who signed the Contract and dealt with the account remain in its employ.  Travel from Toronto to Montréal is not seen by the undersigned as an undue hardship.  On the other hand, should the Trustee require former employees of the Bankrupt to testify, it is reasonable to imagine that such individuals will have to be summoned by subpoena and in all likelihood reside in closer proximity to Montréal than to Toronto.
[20] Consequently, the undersigned has not been convinced by Sears that there exists in this case, by reason of the choice of law clause in the Contract, or otherwise, "sufficient cause" within the meaning of Section 187(7) B.I.A. to transfer the Trustee's proceedings to recover sums from Sears to the Ontario Superior Court. »
Le texte intégral de la décision est disponible ici.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.