12 Août 2013

Clause discriminatoire dans une convention collective : Qui a compétence : l’arbitre de griefs ou le Tribunal des droits de la personne?

Marie Cousineau, avec la participation
d’Alexandre Dumortier, étudiant
Heenan Blaikie s.e.n.c.r.l., SRL

Dans la décision Pearson c. Ville de Montréal
(2013 QCTDP 9), le Tribunal des droits de la personne du Québec devait se
prononcer sur une requête déclinatoire de compétence ainsi qu’une requête en
irrecevabilité relativement à une plainte déposée par le demandeur, monsieur
Pearson. La plainte du demandeur concernait une clause de convention collective
qu’il considérait discriminatoire.

Faits

Le demandeur est employé de la Ville de
Montréal de 2003 à 2011 à titre d’agent de sécurité. En mai 2008, le demandeur
dépose une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de
la jeunesse (la « Commission ») dans laquelle il allègue que la
convention collective entrée en vigueur le 4 octobre 2004 contient une
disposition discriminatoire à son égard. Ladite clause se lit ainsi :

« 19.03   Pour les fins d’application du présent
article, lorsqu’il y a deux (2) ou plusieurs employés ayant la même date
d’ancienneté générale, le facteur déterminant est la date de naissance. »

[nous
soulignons]

Le demandeur soutient ainsi que l’article
19.03 créé une distinction, exclusion ou préférence fondée sur l’âge au sens de
l’article 10 de la Charte des droits et
libertés de la personne
. Par sa plainte, le demandeur réclame des dommages
pour pertes de revenus ainsi que des dommages moraux et punitifs.

Suite à une enquête, la Commission rend une
décision en faveur du demandeur et l’autorise à saisir directement le Tribunal
des droits de la personne.

Analyse

Le Tribunal conclut qu’il a compétence en
se basant notamment sur une récente décision de la Cour d’appel du Québec dans
l’affaire Montréal (Ville de) c. Audigé (2013 QCCA 171). Le Tribunal
énonce ce qui suit :

« [18] En effet, tout en réitérant le principe général que
les tribunaux communs ne sont pas compétents pour trancher un litige qui
découle de l’application, de l’administration ou de l’exécution d’une
convention collective, l’honorable Clément Gascon précise que c’est dans
l’insertion de la clause de la convention collective que se trouve l’essence du
litige. Il ajoute « qu’en conséquence, l’application de la clause aux
circonstances propres de monsieur Audigé n’est que l’occasion du dommage qu’il
subit et non la cause ». Puisque la cause véritable de la discrimination
est la négociation, l’acceptation et l’insertion de la clause 19.03 dans le
processus de formation de la convention collective, le Tribunal, et dans le cas
particulier de monsieur Audigé la Cour du Québec, offre un recours
valable. »

En d’autres termes, puisque la cause
véritable de la discrimination alléguée par le demandeur est la négociation,
l’acceptation et l’insertion de la clause 19.03 dans la convention collective,
et non l’interprétation ou l’application de la convention collective, soit une
matière exclusivement réservée l’arbitre de griefs, le Tribunal des droits de
la personne a compétence.

La Ville prétend dans un deuxième temps que
le recours du demandeur est prescrit.

Rappelons que monsieur Pearson dépose sa
plainte à la Commission en mai 2008, alors que la convention collective entre
en vigueur en octobre 2004.

Dans un premier temps, la Ville invoque la
prescription de 6 mois prévu à l’article 586 de la Loi sur les cités et villes, L.R.Q., c. C-19, en ce qui concerne
les recours en dommages-intérêts contre les municipalités.

La Ville invoque également la prescription
de 6 mois prévue à l’article 71 du Code
du travail
en ce qui concerne tous recours qui naissent d’une convention
collective.

Finalement, la Ville ajoute que même en
appliquant la prescription de trois ans prévue au Code civil du Québec, la plainte du demandeur est prescrite.

Le Tribunal retient que la prescription
applicable est celle prévue à l’article 2925 du Code civil du Québec :

« [30]
La Cour suprême a énoncé à plusieurs occasions que la violation d’un droit
consacré par la Charte crée un recours assujetti, en règle générale, au régime
de la responsabilité civile.

[31] Aussi,
en l’absence d’un délai de prescription prévu par la Charte ou une autre loi,
un recours en dommages exercé en vertu de celle-ci est généralement soumis aux
règles de la prescription prévue au Code
civil du Québec
, soit celui prévu à l’article 2925. »

La prescription court à la date de la
signature de la convention collective dans le cas où le salarié est embauché
avant l’entrée en vigueur de la clause contestée, comme c’est le cas pour le
demandeur.

Or en l’espèce, il s’est écoulé trois ans
et sept mois entre le 4 octobre 2004, date du point de départ du délai de
prescription, et le 8 mai 2008, date du dépôt de sa plainte auprès de la
Commission. En l’occurrence, son recours est prescrit.

Par conséquent, le Tribunal accueille la
requête en irrecevabilité et rejette la requête introductive d’instance du
demandeur.

Enfin, à titre indicatif, la requête pour
permission d’appel a été rejetée (Edward
c. Montréal (Ville de), 2013
QCCA 1097
).

Le texte intégral de la décision est
disponible ici.

 

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...