Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

mercredi 20 août 2014

Un berger allemand échappe à l’euthanasie grâce à l’intervention de la Cour d’appel

Par Sarah D. Pinsonnault

Dans Sousa c. SPCA Lanaudière Basses-Laurentides, 2014 QCCA 1497, les propriétaires d’un berger allemand, réputé comme étant « dangereux » selon certains résidants de la municipalité de Saint-Hippolyte, ont porté en appel une décision de la Cour supérieure qui leur ordonnait de remettre leur chien à la SPCA afin qu’on procède à son euthanasie.

Le chien en question, Kato, qui avait apparemment déjà mordu la cuisse d’un voisin ainsi que le Doberman d’un autre, s’est échappé à quelques reprises de la propriété clôturée des appelants. La SPCA a même saisi et gardé Kato en captivité pendant une période de 10 jours pour évaluer son comportement. Afin de pouvoir reprendre possession de Kato, un des appelants a signé une entente en vertu de laquelle il devait respecter certaines conditions dont une garde plus stricte de leur chien.

Cela étant dit, quelques mois plus tard, soit le 19 juillet 2014, Kato s’échappe à nouveau et un constat d’infraction est remis aux appelants par la SPCA lequel, reproduit textuellement, précise ce qui suit :

« […] Par les droit que la municipalité de Saint-Hippolyte ont donné à la SPCA Lanaudière Basses Laurentides, vous êtes dans l’obligation de nous remettre votre animal pour procédé a l’euthanasie de plus payer les frais de garde et l’euthanasie de votre Berger Allemand […] »   
Les appelants contestent ledit constat et présentent même des requêtes en ordonnance de sauvegarde afin de surseoir l’exécution de la décision d’euthanasier Kato, jusqu’au moment où la Cour supérieure rejette leur requête introductive d’instance ré-amendée qui demandait, entre autres, l’annulation de la décision de la SPCA.

Décision

Parmi leurs moyens d’appel, les appelants soulèvent que la Cour supérieure a omis de se prononcer sur la légalité de l’article du Règlement SQ-907 (le « Règlement ») de la municipalité; le Règlement en vertu duquel la SPCA s’est fondée pour prendre sa décision relativement à Kato.

Toutefois, de sa propre initiative et en analysant le Règlement, la Cour d’appel conclut que la SPCA n’avait même pas la compétence pour rendre la décision qu’elle a rendue :

« [7] Indépendamment des trois moyens qui viennent d’être énumérés, il appert que le règlement pertinent, lu et interprété correctement, ne permettait pas en l’espèce d’exiger des appelants la remise de leur animal à la SPCA pour qu’il soit euthanasié. Cette question, qui ne faisait pas partie des moyens soulevés dans l’inscription en appel et qui n’a pas été abordée dans l’argumentation écrite versée au dossier du pourvoi doit néanmoins être vidée compte tenu de sa nature. Elle fut soulevée à l’audience par la Cour qui a invité les parties à lui faire part de leurs observations. Une conclusion s’impose sur ce point : un vice de fond, assimilable à un excès de compétence ratione materiae, compromettait dès le 19 juillet 2013 l’action entreprise par la SPCA. 
[…]
[10] Il ne peut faire de doute que, le 19 juillet 2013, jour où le constat P-3 est remis aux appelants, le chien K n’est pas un « chien errant » au sens du Règlement. Peut-être est-ce un « chien jugé dangereux par le contrôleur » au sens de l’article 20 du Règlement – quoique les circonstances du séjour de K à la fourrière, entre le 27 avril et le 7 mai 2013, autorisent à douter de la rigueur de l’évaluation effectuée à cette occasion. Mais, toujours selon cette même disposition réglementaire, on ne peut « abattre ou capturer et garder » un animal que si celui-ci, en plus d’être « jugé dangereux par le contrôleur », est un « chien errant » au sens du Règlement. Le premier alinéa de l’article 20 est donc inapplicable pour cette raison. Et il est manifeste que le troisième alinéa du même article, qui permet d’euthanasier un chien atteint de la rage, est lui aussi inapplicable ici.
[11] Il est possible, voire probable, que le contrôleur aurait eu la faculté d’abattre le chien K sur le champ si l’animal avait été capturé lors de son échappée du 8 juillet 2013 et qu’il s’était montré dangereux au point de justifier cette mesure radicale. En effet, lors de cette échappée, K était un « chien errant » au sens du Règlement. Mais il n’a attaqué ni menacé personne ce jour-là. On peut donc supposer que, dans l’ordre normal des choses, il aurait plutôt été mis à la fourrière pendant un délai d’au moins trois jours non fériés, au cours desquels les appelants auraient pu en reprendre possession. Voilà quel est le sens de l’article 20 du Règlement pour les fins du dossier en cours.
[12] Quant à l’article 21 du Règlement, aux termes duquel la suppression d’un animal par euthanasie est possible « après le délai prescrit », ses conditions d’application ne sont pas remplies en l’espèce. Le « délai prescrit » en question ne peut être que celui spécifié à l’article précédent, ce qui implique que l’article 21 ne peut recevoir application que lorsque le contrôleur a validement exercé l’un des pouvoirs visés par l’article 20.»
La Cour d’appel a donc accueilli l’appel et annulé pour cause d’invalidité le constat d’infraction en question :

« [15] Vu ce qui précède, la juge de première instance aurait dû conclure que les appelants n’étaient pas légalement tenus de remettre leur chien K à la SPCA aux fins d’euthanasie et elle aurait dû annuler pour cause d’illégalité le constat d’infraction du 19 juillet 2013. »

Pour consulter la décision intégrale, veuillez cliquer ici.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.