Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

mardi 23 septembre 2014

When the Procedural Vehicle Used Hides the True Nature of the Legal Recourse

By Sarah D. Pinsonnault

It is always important to look past the wording of the conclusions sought in an introductory motion and analyse the true nature of the legal action as a whole. In Rosenberg c. Agence du revenu du Canada, 2014 QCCA 1651, a motion to homologate a transaction presented before the Superior Court was ultimately deemed a legal proceeding that sought court orders to prevent the Canada Revenue Agency (“CRA”) from performing any inquiries into the Appellant’s tax affairs and potentially reassessing him. Given that this type of action falls within exclusive jurisdiction of the Federal Court under s. 18 of the Federal Courts Act, the Court of Appeal confirmed that the Superior Court had no jurisdiction over the matter.

Context
In February 2010, the Appellant and the CRA entered into an agreement whereby the CRA essentially reported that it was satisfied with the information the Appellant provided and agreed to not proceed, “at the present conjecture”, with any reassessments for the taxation years in question. In return, the Appellant agreed to “not seek to shelter any income inclusion from others sources of revenues, by the use of similar financial instruments or straddling practices” (the “Agreement”). This Agreement was to remain binding unless there is a change in the circumstances; at which point the CRA would be allowed to review its position.

Roughly three years later, the CRA began to re-examine the Appellant’s tax filings for the concerned tax period and sent the Appellant a request for information in accordance with the Income Tax Act (“ITA”).

Not wanting to be subjected to a court order pursuant to s. 231.7 ITA that would force the Appellant to communicate the sought-after information, he presented a motion before the Superior Court to homologate the Agreement. The Appellant’s motion also included conclusions that sought the withdrawal of the CRA’s request for information, an order prohibiting the CRA from obtaining a court order pursuant to s. 231.7 ITA, and an order barring the CRA from reassessing the Appellant.

In response, the CRA presented a motion for declinatory exception rationae materiae, pursuant to ss. 163 and 164 of the Québec Code of Civil Procedure, on the grounds that the Superior Court lacked jurisdiction over the additional conclusions sought by the Appellant. This was due to the fact that the latter constituted claims for declaratory or injunctive relief that would basically prevent the Minister of National Revenue from carrying out its statutory duties under the ITA. Accordingly, s. 18 of the Federal Courts Act grants exclusive original jurisdiction to the Federal Court in such instances.

Justice Chantal Masse, J.C.S., granted the CRA’s motion and dismissed the Appellant’s motion for want of jurisdiction:
“[20] Le résultat que recherche Rosenberg en l'espèce, soit empêcher l'ARC d'exercer des pouvoirs qu'elle prétend exercer en vertu de la Loi de l'impôt sur le revenu, ne peut être obtenu auprès de la Cour supérieure du Québec. La « nature essentielle » du recours entrepris par Rosenberg amène le Tribunal à conclure que celui-ci relève de la juridiction exclusive de la Cour fédérale et que, par sa requête, Rosenberg cherche à contourner cette juridiction exclusive.  
[21] Une telle tentative de contourner la juridiction exclusive de la Cour fédérale, et ce, malgré la juridiction de principe de la Cour supérieure en matière d'homologation, ne saurait être couronnée de succès. 
[22] Le moyen préliminaire soulevé par l'ARC doit être accueilli. ” (reference omitted)
Decision
The Court of Appeal agreed with the trial judge’s decision and found that the Appellant’s motion to homologate the Agreement was merely a “procedural vehicle” used to bypass the provisions of s. 18(3) of the Federal Courts Act that state that review of federal administrative decision falls within the exclusive jurisdiction of the Federal Court:
“ [15] L’homologation seule n’est donc pas recherchée, en réalité, mais surtout une déclaration relative à la nature, au sens et à la portée de l’entente consignée dans la lettre du 19 février 2010. 
[16] Peu importe la façon de formuler les conclusions de la demande, celle-ci a pour objectif fondamental d’empêcher l’intimée de questionner l’appelant et d’obtenir de lui des informations susceptibles de servir de base à établir une éventuelle cotisation. 
[17] Or, ces demandes relèvent, comme le souligne à bon droit la juge, de la nature de l’injonction ou d’un jugement déclaratoire et ont pour cible un « office fédéral » au sens où l’entend l’article 2(1) de la Loi sur les Cours fédérales
[18] L’homologation de la transaction n’est, en l’espèce, que le véhicule procédural emprunté par l’appelant pour amener devant la Cour supérieure du Québec un débat visant à contrecarrer l’exercice des pouvoirs de vérification et d’enquête attribués au ministre par la L.i.r. et ultimement celui d’émettre une nouvelle cotisation. 
[19] La nature du recours entrepris par l’appelant consistant essentiellement en une demande de contrôle judiciaire des actes de l’intimée, au sens de l'article 18 L.c.f., il relève de la compétence exclusive de la Cour fédérale. 
[…]  
[21] La juge était, dans les circonstances, justifiée d’accueillir le moyen préliminaire de l’intimée. 
POUR CES MOTIFS, LA COUR : 
[22] REJETTE l’appel, avec dépens.” (reference omitted; emphasis added)
To read this decision in its entirety, click here.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.