par
SOQUIJ
Intelligence juridique
Articles du même auteur
22 Juil 2016

PROCÉDURE CIVILE : Le délai d’appel d’un jugement autre que celui rendu à l’audience commence dorénavant à courir à la date que porte l’avis de jugement, et non à la date de sa connaissance ni à celle de son envoi aux parties.

Par SOQUIJ, Intelligence juridique

2016EXP-2285

Intitulé :  Martineau c. Ouellet, 2016 QCCA 142
Juridiction :  Cour d’appel (C.A.), Québec, 200-09-009223-162
Décision de :  Juges Nicole Duval Hesler (juge en chef), Manon
Savard et Jean-François Émond
Date :  8 juillet 2016

Références :  SOQUIJ AZ-51302886, 2016EXP-2285, J.E. 2016-1273
(15 pages)

Résumé

PROCÉDURE CIVILE — appel — permission d’appel — abus de procédure —
délai d’appel — point de départ du calcul du délai — date de l’avis de jugement
— connaissance du jugement interprétation de l’article 360 C.P.C. — intention
du législateur — permission d’appel hors délai — impossibilité d’agir — absence
de question d’intérêt général — permission refusée.

INTERPRÉTATION DES LOIS — intention du législateur — historique
législatif — article 360 C.P.C.

PROCÉDURE CIVILE — nouveau Code de procédure civile.

Requête pour permission d’interjeter appel d’un jugement de la Cour
supérieure ayant accueilli une requête en rejet et requête verbale pour
permission d’interjeter appel hors délai. Rejetées.

Le jugement entrepris, qui a accueilli une requête en rejet aux termes
de l’article 54 du Code de procédure civile (ancien), est daté du
18 janvier 2016. Il a été inscrit au plumitif de la Cour supérieure le
20 janvier suivant, soit la date que porte également l’avis de jugement.
Le requérant a pris connaissance du jugement le 29 janvier et, le 26
février, il a déposé la présente requête pour permission d’appel de même qu’une
déclaration d’appel. Les intimées soutiennent que cette requête est tardive en
vertu des dispositions de l’article 360 du Code de procédure civile
(C.P.C.). Selon le requérant, le délai a commencé à courir lorsqu’il a pris
connaissance du jugement.


Décision


Lu de concert avec les commentaires in fine de la ministre de la Justice
et les débats parlementaires, l’historique législatif de l’article 360 C.P.C.
démontre que le législateur entendait s’écarter du droit antérieur. Ainsi, le
point de départ du délai d’appel d’un jugement autre que celui rendu à
l’audience correspond à la date que porte l’avis de jugement, et non à celle de
sa connaissance ni à celle de son envoi. Compte tenu de ce qui précède, la
demande pour permission d’appeler du requérant a été déposée à l’extérieur du
délai de 30 jours et est donc tardive. Sa demande d’interjeter appel hors
délai aux termes de l’article 363 C.P.C. doit également être rejetée. En effet,
si, dans les circonstances, le requérant a démontré avoir été dans
l’impossibilité d’agir et avoir fait preuve de diligence, le pourvoi qu’il
propose ne soulève aucune question d’intérêt au sens de l’article 30
alinéa 3 C.P.C.


Instance précédente : Juge Jacques G. Bouchard, C.S., Alma, 160-17-000053-146, 2016-01-18,
2016 QCCS 1113, SOQUIJ AZ-51263895.


Réf. ant : (C.S., 2016-01-18), 2016 QCCS 1113, SOQUIJ AZ-51263895; (C.A.,
2016-03-14), 2016 QCCA 459, SOQUIJ AZ-51263125.

  Le texte intégral de la décision est disponible ici

  

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...