par
Rachel Rioux-Risi
Articles du même auteur
25 Août 2016

Nouveau Code de procédure civile : effet de l’abrogation du Tarif des honoraires judiciaires des avocats sur les jugements rendus avant le 1er janvier 2016

Par Rachel Rioux-Risi

Par Rachel Rioux-Risi

Avocate

Bien que le juge tranche de nombreuses questions, dans l’affaire Québec (Ministère des Transports, de la
Mobilité durable et de l’Électrification des transports)
c. Business Depot Ltd., 2016 QCTAQ 06839,
celle qui nous intéresse est la suivante : lorsqu’un jugement, accordant les dépens, a été rendu avant le 1er janvier 2016, est-ce qu’une partie peut obtenir le paiement de
ses honoraires judiciaires alors que le Nouveau Code de procédure
civile 
abroge le Tarif des honoraires judiciaires des avocats, chapitre B-1, r.
22 ?

Faits

Un jugement, condamnant le Ministère des Transports, de la Mobilité
durable et de l’Électrification des transports (ci-après « Ministère des transports ») au paiement d’une indemnité de 2
774 981,30 $ à Business Depot Ltd. (ci-après « Business ») et au dépens, est rendu le 2 novembre 2005.

Ce jugement a fait l’objet d’un appel à la Cour du Québec, d’une
révision à la Cour supérieure et finalement, d’une permission d’appeler à la
Cour d’appel, laquelle a été rejetée.

Le 28 mai 2015, le mémoire de frais au montant de 72 397 $ est taxé au
profit de Sodavex Inc. (ci-après « Sodavex »), les procureurs de Business.

Finalement, le 2 novembre 2015, Sodavex dépose une Requête en honoraire spécial et en honoraire additionnel (ci-après
la « Requête ») laquelle s’appuie principalement
sur les articles 15 et 41 du Tarif des
honoraires judiciaires des avocats
, chapitre B-1, r. 22 (ci-après le «
Tarif »).

Le Ministère des transports demande le rejet pour les raisons
suivantes : (1) Sodavex n’a pas l’intérêt requis ; (2) la réclamation
est prescrite ; et (3) la réclamation est faite sans droit, car le Tarif a
été abrogé avec effet immédiat le 1er janvier 2016.

Tel qu’indiqué plus haut, c’est le troisième point qui retient notre
attention.

Analyse

L’analyse du Tribunal est principalement fondé sur les principes
d’interprétation des lois tirés du volume Me Pierre-André Côté intitulé
Interprétation des lois (pour les
étudiants en droit de l’Université de Montréal, il s’agit du livre que nous
avons tous étudié !) et sur le passage suivant :

[56]     Il
ressort des enseignements de Me Côté que « si
le choix est entre l’application immédiate (ou générale) de la loi nouvelle
et la survie de la loi ancienne, la présomption de respect des droits
acquis pourra indiquer au juge quelle solution est, en principe, préférable

».
            (Nous soulignons)

Dans le cas en l’espèce, le Tribunal est d’avis que nous sommes en
présence d’un droit acquis. En effet, le jugement accordant les dépens a été
rendu le 2 novembre 2005, bien avant l’entrée en vigueur du Nouveau Code de procédure civile et de
l’abrogation du Tarif. C’est également à ce moment que le droit de
réclamer un honoraire spécial et additionnel est né. Par ailleurs, la Requête a
été déposé avant le 1er janvier 2016. Également, rappelons que si la
Requête avait été entendue avant le 1er janvier 2016, le Tribunal ne
serait pas à trancher cette question. C’est ainsi que pour ces seules raisons,
le Tribunal rejette les arguments du Ministère des transports.

Néanmoins, le Tribunal décide de faire sienne l’analyse de la Cour
supérieure dans une affaire similaire : Gestion
D. Laberge inc.
c. 9170-1011 Québec inc., 2016 QCCS 590
. Dans celle-ci, le procureur de 9170-1011
Québec Inc. demande la taxation de son mémoire de frais, daté du 18 novembre
2015, et ce, pour des dépens accordé par jugement rendu le 6 janvier 2011.
L’analyse de la Cour supérieure se résume comme suit.

Le Nouveau Code de procédure civile (ci-après « NCpc ») prévoit
à son article 833 l’effet immédiat de ses dispositions et ce, sous réserve de
quelques exceptions. Le NCpc a révisé de manière importante les frais de
justice auxquels peut être condamnée une partie et à cet effet, a abrogé le
Tarif. C’est ainsi que les jugements rendus après le 1er janvier
2016 ne peuvent accorder que les frais prévus à l’article 339 du NCpc, ce qui
n’inclut pas les honoraires judiciaires prévus au Tarif. Ceci s’applique même
si le Tarif était en vigueur au moment de l’ouverture du dossier ou de
l’audition ou même, du délibéré.

Cependant, qu’en est-il d’un jugement,
accordant les dépens, rendu avant le 1er janvier 2016, alors que le
Tarif était toujours en vigueur ? L’effet immédiat du NCpc ne peut avoir
pour effet de modifier la conclusion d’un jugement rendu. Le droit aux dépens
fait partie des éléments décidés par un juge. L’article 12 de la Loi sur l’interprétation, RLRQ c I-16 prévoit que l’abrogation d’une loi n’affecte
pas les droits acquis. C’est ainsi qu’un jugement, accordant les dépens, rendu
avant le 1er janvier 2016, constitue des droits acquis. Au surplus, la
procédure pour taxer le mémoire de frais a été déposée avant le 1er
janvier 2016.

Le Tribunal conclut :

[66]     Comme
mentionné plus haut, la présente formation retient les arguments énoncés
dans la décision Gestion Laberge inc
., laquelle est en accord avec la
décision rendue par le juge C. Gosselin.

[67]     Il
est vrai que la présente situation n’est pas exactement celle qui prévalait
dans ces décisions
, puisqu’il s’agit ici de décider d’une requête pour
honoraire spécial et honoraire additionnel. Cependant, le droit de soumettre
une telle requête au Tribunal découle de la décision accordant les dépens
:
sans dépens en faveur d’une partie, son procureur ne peut pas soumettre une
telle requête. Il y a donc droit acquis à obtenir une décision sur la
Requête; accueillir l’Irrecevabilité demandée par l’expropriante sur la base de
cet argument d’absence de droit depuis le 1er janvier 2016 ferait perdre ce
droit à Sodavex.

(Nous soulignons)

La décision intégrale se trouve ici.

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...