Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

vendredi 8 juin 2018

Sélection SOQUIJ - SOCIAL (DROIT) : Vaillancourt c. Blackburn, 2018 QCCA 896

SOCIAL (DROIT) : L'action de l'intimé de déneiger son automobile n'est pas reliée à son entretien mais à l'usage immédiat qu'il s'apprête à faire et elle n'est pas visée par l'exception du «préjudice causé par une automobile» inscrite à l'article 1 de la Loi sur l'assurance automobile; comme il s'agit d'un accident couvert par celle-ci, le préjudice de l'intimé doit être compensé par la SAAQ.







2018EXP-1554

Intitulé : Vaillancourt c. Blackburn, 2018 QCCA 896
Juridiction : Cour d'appel (C.A.), Québec, 200-09-009602-175
Décision de : Juges Louis Rochette, Jacques Dufresne et Jocelyn F. Rancourt
Date : 4 juin 2018
Références : SOQUIJ AZ-51500220, 2018EXP-1554 (10 pages)

Résumé
SOCIAL (DROIT) — assurance-automobile — recours en dommages-intérêts — préjudice causé par l'usage d'une automobile — chute en déneigeant une automobile garée — interprétation de «action de cette personne reliée à l'entretien» (art. 1 «préjudice causé par une automobile» de la Loi sur l'assurance automobile) — interprétation de la Loi sur l'assurance automobile — rejet de procédures.
INTERPRÉTATION DES LOIS — intention du législateur — règle noscitur a sociis — interprétation large et libérale — interprétation de la Loi sur l'assurance automobile — interprétation de «action de cette personne reliée à l'entretien» (art. 1 «préjudice causé par une automobile» de la Loi sur l'assurance automobile).
Appel d'un jugement de la Cour supérieure ayant rejeté une demande en rejet d'une demande en réclamation de dommages-intérêts. Accueilli.
En mars 2014, l'intimé déneigeait son véhicule lorsqu'il a glissé sur la glace couvrant le stationnement de l'immeuble appartenant à l'appelante et a fait une chute. Il a déposé une demande d'indemnisation auprès de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). Celle-ci a rejeté sa réclamation au motif que l'action de déneiger est une manoeuvre d'entretien de l'automobile couverte par les exceptions prévues par la Loi sur l'assurance automobile. L'intimé a donc déposé une action en réclamation de dommages-intérêts contre l'appelante. Le juge de première instance a rejeté la requête en rejet de cette demande en justice.

Décision
Compte tenu de l'interprétation large et libérale de la Loi sur l'assurance automobile, les tribunaux enseignent que le préjudice causé par l'usage de l'automobile ne nécessite pas la présence de la personne à bord de celle-ci ni au volant. De plus, il n'est pas nécessaire, au moment où le dommage a été causé, que l'automobile ait été en mouvement, soit par son dynamisme propre ou par l'entremise de l'activité humaine. L'activité de déneigement accomplie par l'intimé est en l'espèce intimement reliée à l'usage de son automobile. En effet, lorsque cette dernière est recouverte de neige, son usage est tributaire de son déneigement. Il s'agit donc d'un accident couvert par la loi.

Par contre, l'action reliée à l'entretien d'une automobile, qui est exclue de la définition de «préjudice causé par une automobile» mentionnée à l'article 1 de la Loi sur l'assurance automobile, doit être interprétée restrictivement puisqu'il s'agit d'une exception. Suivant les définitions des dictionnaires, l'«entretien» exprime l'idée de maintenir ou de conserver le véhicule automobile en bon état. Pour ce faire, la notion d'«entretien» comprend généralement des actions périodiques à caractère durable variant en fonction du kilométrage de l'automobile et de sa durée d'utilisation. Ainsi, l'action de l'intimé de déneiger son automobile n'était pas reliée à son entretien mais à l'usage immédiat qu'il s'apprêtait à faire et elle n'est pas visée par l'exception du «préjudice causé par une automobile» énoncée à l'article 1 de la Loi sur l'assurance automobile. Comme il s'agit d'un accident couvert par celle-ci, le préjudice de l'intimé doit être compensé par la SAAQ.

Instance précédente : Juge Martin Dallaire, C.S., Chicoutimi, 150-17-003439-178, 2017-07-20, 2017 QCCS 3499, SOQUIJ AZ-51413522.

Réf. ant : (C.S., 2017-07-20), 2017 QCCS 3499, SOQUIJ AZ-51413522, 2017EXP-2493; (C.A., 2017-10-16), 2017 QCCA 1608, SOQUIJ AZ-51434813.

Le texte intégral de la décision est disponible ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.