Bienvenue

Bienvenue sur le Blogue du CRL du Jeune Barreau de Montréal (JBM)! Ce blogue est dédié à la diffusion de contenu juridique pour tous les avocats du Québec et plus spécifiquement pour les membres du JBM. Le contenu est offert grâce à une communauté d'avocats bénévoles impliqués sur le Comité recherche et législation du JBM. Si vous désirez devenir auteur ou contribuer au succès de ce blogue, faites-nous part de votre intérêt.

vendredi 6 juillet 2018

Sélection SOQUIJ - FAMILLE : Droit de la famille — 181293, 2018 QCCA 1023


FAMILLE : La juge de première instance a commis des erreurs déterminantes qui l'ont amenée à conclure que la stabilité de la fille des parties exigeait son maintien auprès de son père à la suite du déménagement de sa mère.






2018EXP-1820

Intitulé : Droit de la famille — 181293, 2018 QCCA 1023
Juridiction :  Cour d'appel (C.A.), Montréal, 500-09-027068-170
Décision de : Juges François Doyon, Manon Savard et Jocelyn F. Rancourt
Date : 18 juin 2018
Références : SOQUIJ AZ-51503708, 2018EXP-1820 (7 pages)

Résumé
FAMILLE — autorité parentale — garde d'enfant — modification — déménagement de la mère — impossibilité de poursuivre l'exercice d'une garde partagée — distance entre les domiciles respectifs des parties — intérêt supérieur de l'enfant — stabilité — erreur du juge — absence de perspective globale — capacités parentales — famille élargie.
Appel d'un jugement de la Cour supérieure ayant statué en matière de garde d'enfant. Accueilli en partie.
Les parties ont fait vie commune jusqu'en 2013 et elles ont une fille, X, qui est née en 2011. Dès la séparation, elles se sont partagé également la garde de l'enfant de même que les droits d'accès. En 2017, la mère a informé le père que son employeur avait accepté de les transférer, elle et son conjoint, dans leur région d'origine. Le mois suivant, le père a introduit une demande pour obtenir la garde exclusive, et la mère a répliqué en réclamant une garde partagée. La juge de première instance a confié la garde au père et elle a retenu sa proposition au sujet des droits d'accès. Après avoir rappelé que la mère avait déménagé, que la garde partagée n'était plus possible en raison de la distance d'environ 400 kilomètres séparant les domiciles respectifs des parties et que la capacité parentale de chacun était établie, elle a conclu que seul le maintien de X dans son milieu de vie pouvait assurer sa stabilité.

Décision

L'analyse de la juge recèle des erreurs, notamment lorsqu'elle établit les conditions visant à assurer la stabilité de X, d'autant plus que cette stabilité se révélait de toute façon précaire vu la mise en vente de la maison du père et son désir avoué, lors du procès, de déménager avec sa conjointe. Elle a aussi indûment restreint son examen des facteurs pertinents en estimant que, comme la mère déménageait, il fallait assurer la stabilité de X et que le seul moyen de le faire était d'ordonner son maintien chez le père. Elle s'est alors limitée à évaluer la capacité du père à s'occuper de X et a tenu compte de la famille élargie, et ce, sans s'interroger sur les capacités de la mère ou sa famille élargie. Sa décision est exempte de perspective globale et ne tient pas compte de l'ensemble des circonstances, dont les difficultés du père à favoriser les contacts entre X et sa mère; il s'agit d'erreurs déterminantes. La garde de X sera confiée à la mère.

Instance précédente : Juge Karen M. Rogers, C.S., Terrebonne (Saint-Jérôme), 700-04-028193-172, 2017-08-28, 2017 QCCS 6068, SOQUIJ AZ-51456932.

Réf. ant : (C.S., 2017-08-28), 2017 QCCS 6068, SOQUIJ AZ-51456932.

Le texte intégral de la décision est disponible ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu'aucun commentaire ne sera publié avant d'avoir été approuvé par un modérateur et que l'équipe du Blogue se réserve l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.