par
Me Adam Villeneuve
Articles du même auteur
31 Jan 2019

Sorella c. R. 2017 QCCA 1908

Par Me Adam Villeneuve


 Par Sabrina Mestroni, étudiante


Avec la participation de Me Adam Villeneuve

En cette deuxième journée de témoignage pour Mme
Sorella, les motifs menant à un second procès sont expliqués en détail par
Sabrina Mestroni.


Sorella
c. R. 2017 QCCA 1908



LES FAITS
Le matin du 31 mars 2009,
après le départ de sa mère de la résidence familiale, l’appelante se trouva
seule à la maison avec ses deux filles. En fin d’après-midi, le frère et le
beau-frère de l’appelante, qui avaient été appelés sur les lieux par celle-ci, ont
découvert les corps inanimés des deux enfants dans la salle de jeux de la
résidence. L’appelante fut retrouvée le lendemain matin à la suite d’un
accident de voiture. Malgré le fait que les experts n’aient pu identifier la
cause du décès des enfants, ceux-ci ont témoigné de deux possibilités, soit une
injection d’insuline causant la mort par hypoglycémie ou l’asphyxie dans la
chambre hyperbare dont la maison était équipée. Une mort naturelle fut exclue. Au
terme de son premier procès, l’appelante fut déclarée coupable de deux chefs
d’accusation de meurtre au premier degré. Celle-ci s’est pourvue devant la Cour
d’appel du Québec.

L’ANALYSE
L’appelante a invoqué sept
moyens d’appel. À la suite des conclusions de la Cour sur quatre de ces moyens,
un nouveau procès fut ordonné.

Les directives au jury et
la question au jury:

Le tribunal détermina qu’il était nécessaire de
traiter de ces deux questions de façon commune.
Ainsi, la Cour a examiné les directives sur le doute
raisonnable données par la juge du procès de même que la réponse donnée à une
question du jury. Le Tribunal en vint à la conclusion que les explications
données par rapport à la norme du doute raisonnable furent correctement
expliquées en anglais, mais pas en français. En effet, dans son exposé en
français, la juge expliqua la norme du doute raisonnable en omettant le
qualificatif « absolu » qui doit absolument accompagner le mot « certitude »
lors de l’explication du fardeau de la preuve au risque de créer une ambiguïté,
tel qu’établi par la Cour suprême. À cet effet, la Cour d’appel écrivit :
« La norme
du hors de tout doute raisonnable n’étant pas une question de mathématique ou
de pourcentage, la certitude absolue représente un degré de certitude
inatteignable, une sorte de connaissance parfaite, alors que la certitude
représente une conclusion qui s’impose peut-être et malgré, possiblement, la
présence d’autres hypothèses raisonnables ».

Malgré le fait que le tribunal reconnaisse que
l’appréciation de la légitimité des directives au jury doit être holistique, la
séquence des évènements est révélatrice. En effet, non seulement les parties
ont demandé la révision de la nomenclature des directives données, mais en
plus, le jury a, lui-même, fait parvenir à la Cour supérieure une demande de
précisions quant à la portée de ses conclusions. Or, la Cour supérieure a omis
de répondre à cette interrogation. Ainsi, les termes utilisés relativement aux
directives ne peuvent se limiter à une question sémantique. L’entièreté des
faits tend plutôt à démontrer une incompréhension au sein du jury.

L’objection à la preuve
vidéo

Par la suite, l’appelante
s’est opposée à la présentation au jury de la vidéo de son interrogatoire. Elle
considérait celle-ci préjudiciable puisqu’elle reflétait principalement
l’exercice de son droit au silence. Dans les faits, la poursuite cherche à
faire une preuve en se basant sur les réactions de l’accusée au cours de ce
même interrogatoire. Or, la Cour conclut que la poursuite n’a pas démontré la
valeur inextricable de la vidéo. Dès lors, la Cour d’appel a appliqué les enseignements
de la Cour suprême à cet effet et a déclaré que la présentation de l’exercice
du droit au silence à titre d’élément incriminant mène à une valeur probante
faible par rapport à son effet préjudiciable.

Les déclarations antérieures
de la mère de l’accusée

Finalement, par rapport aux
directives sur la condition mentale de l’appelante et de l’intention spécifique
requise, la juge du procès a décidé de donner une directive portant sur
l’article 16 C.cr. Cette directive aborde la présomption qu’une personne n’est
pas atteinte de troubles mentaux, et ce, malgré le fait que l’appelante n’ait
pas présenté une défense de troubles mentaux. En effet, le but de la
présentation de la condition mentale de l’appelante était d’atténuer sa
responsabilité pénale en démontrant que l’appelante ne pouvait former
l’intention spécifique requise pour commettre un meurtre prémédité. Cette
directive a eu pour effet de créer de la confusion chez le jury quant au
fardeau de preuve de la défense en lien avec la condition mentale de l’accusé
comme facteur d’atténuation de sa responsabilité pénale. Pour ces divers
motifs, la Cour d’appel accueillit l’appel et ordonna un nouveau procès.

 Il sera intéressant de connaître l’issue de ce
procès qui a débuté le 12 novembre 2018.

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...