par
François-Xavier Robert
Articles du même auteur
09 Août 2012

Protection du territoire agricole : l’évaluation de l’homogénéité de la communauté et de l’exploitation agricoles doit se faire selon des critères objectifs

Par François-Xavier Robert, Ordre des agronomes du Québec

Par François-Xavier Robert
Ordre des agronomes du Québec

Dans la
décision Forino c. Commission de protection du territoire agricole du
Québec
(2012 QCTAQ 061054), rendue le 11 juillet 2012, le Tribunal
administratif du Québec (TAQ) rappelle que, lorsqu’elle est appelée à rendre
une décision, la Commission de protection du territoire agricole du Québec
(CPTAQ) doit se baser sur des critères objectifs.

Mise en contexte

Au Québec, sous réserve inévitablement de quelques exceptions, toute
utilisation à des fins autres qu’agricoles d’un lot situé en zone agricole
nécessite une autorisation de la CPTAQ.

Lorsqu’elle tranche une demande d’utilisation d’un lot à une fin autre
que l’agriculture, la CPTAQ doit se baser sur les critères mentionnés à
l’article 62 de la Loi sur la protection du territoire agricole (L.R.Q.,
c. P-41.1) Parmi eux, on retrouve des critères propres au potentiel agricole du
lot concerné, mais également d’autres qui relèvent davantage de facteurs
socio-économiques dont celui prévu au paragraphe 6º de cet article : l’homogénéité de la communauté et de l’exploitation agricole.

Les faits

Les requérants se sont
adressés à la CPTAQ pour obtenir l’autorisation de construire une résidence et
un garage sur un lot situé en zone agricole. La CPTAQ a refusé de fournir
l’autorisation requise, se basant notamment sur le fait que l’utilisation
projetée n’était pas compatible avec l’homogénéité du milieu.

Sur ce
point, les requérants soulèvent que la CPTAQ a récemment autorisé sur le
terrain jouxtant celui des demandeurs la construction d’une tour de
télécommunications.

Les
requérants portent donc l’affaire au TAQ.

La décision

D’entrée de jeu, le TAQ rappelle la norme de
révision applicable à une décision de la CPTAQ. À cet effet, il réfère à
l’article 21.4 de la Loi sur la protection du territoire agricole qui
indique que le tribunal ne peut réévaluer l’appréciation de la preuve par la
CPTAQ à moins qu’il n’y ait eu commission d’une erreur de droit ou d’une erreur
de fait déterminante :

« [16] Le Tribunal
doit donc vérifier, dans un premier temps, si la décision de la Commission
comporte ou repose sur une erreur de droit ou une erreur de fait déterminante.
Dans la négative, le Tribunal doit rejeter le recours même si sa propre analyse
aurait pu le conduire à une conclusion différente de celle de la
Commission. »

Le TAQ
reproche à la CPTAQ de ne pas avoir mentionné l’existence d’une orientation
préliminaire à l’effet que la construction de la tour de télécommunications
mentionnée plus haut était autorisée, et ce, même si une orientation
préliminaire n’est pas une décision finale. Toutefois, le TAQ ne lui en tient
pas rigueur puisqu’il confirme le bien-fondé de la décision de la CPTAQ en
indiquant qu’elle a refusé d’octroyer la permission requise en se basant sur le
critère d’homogénéité du milieu.

Le TAQ
précise ensuite comment doit être appréciée l’homogénéité de la communauté agricole,
à savoir « sur des faits mesurables, quantifiables et prouvés » [par.
28].

À cet effet,
le TAQ réfère à la décision Rosell c. Commission de protection du territoire agricole du Québec, dans
laquelle la Cour du Québec fait les commentaires qui suivent :

  • La notion d’homogénéité doit s’apprécier de façon
    large et libérale [par. 57] ;
  • Il doit y avoir une base et un fondement objectif
    minimal pour conclure à l’homogénéité de la communauté et il faut prendre en
    considération toute la zone appropriée [par. 44 et 55] ;
  • Ce n’est pas parce que, de la voie publique, on voit
    une certaine hétérogénéité qu’il faut conclure à l’absence d’homogénéité du
    milieu. L’examen peut se faire à partir d’une carte aérienne [par. 46].
Le TAQ étudie la décision de la CPTAQ et estime que celle-ci émet une
opinion objective (sic) et conclut donc qu’elle a correctement apprécié le
critère d’homogénéité du milieu.

À cet effet, le TAQ précise que tout usage « non-agricole »
n’a pas nécessairement le même impact sur l’homogénéité du milieu agricole. En
effet, il conclut que les conséquences de la construction d’une tour de
télécommunication ne sont pas les mêmes que celles de l’érection d’une maison,
notamment quant aux contraintes imposées aux activités agricoles par l’une et
par l’autre.

Le TAQ rejette le recours des requérants.

Le texte intégral est disponible ici.

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...