10 Août 2011

L’importance de signifier sa requête au secrétaire du conseil de discipline

par François-Xavier Robert
Ordre des Agronomes du Québec

Le 13 juillet 2011, le Tribunal des professions a
rendu une décision, Adesky c. Leduc (2011 QCTP 167), dans laquelle il
rappelle l’importance de respecter les prescriptions de l’article 164 du Code des professions (L.R.Q. c. C-26)
quant à la signification d’une requête pour permission d’appeler d’une décision
d’un conseil de discipline.



Dans cette affaire, l’appelant n’avait pas mis en
cause le secrétaire du conseil de discipline. De plus, la seule preuve de
signification était un procès-verbal d’un huissier qui indiquait qu’il
affirmait avoir signifié la requête au Barreau du Québec en remettant le
document à une personne qui avait la garde de l’établissement.



Le Tribunal des professions estime que cette
signification n’était pas valide :

« [15] Cette signification ne m’apparaît pas conforme au
troisième alinéa de l’article 164 du Code des professions. En effet, il
n’y aucun document attestant de la signification de la requête pour permission
d’appeler au secrétaire du Conseil de discipline dans les 30 jours de la
décision. Selon la jurisprudence du Tribunal des professions, l’omission du
requérant de se conformer à cette disposition lui est fatale, à moins de
circonstances particulières, aucune n’ayant été alléguée en l’espèce. » (références
omises)

Le Tribunal des professions rejette donc la requête,
ajoutant par ailleurs que celle-ci ne rencontre pas les critères pour
l’obtention d’une permission d’appeler.



Commentaire

La présente décision concernait une requête pour
permission d’appeler. Toutefois, le même raisonnement s’applique à une requête
en appel, vu le texte de l’article 164 al. 2 du Code des professions.



La décision du Tribunal des professions est conforme à
la jurisprudence, notamment les affaires, dont Milunovic c. Hertzog et Audet c. Ingénieurs. L’omission de signifier la requête au secrétaire du
conseil de discipline dans les délais est fatale. Il est toutefois possible de
remédier à ce défaut en établissant l’impossibilité d’agir et ce, dans le cadre
d’une requête en prolongation de délai.



Le texte intégral du jugement est disponible ici: http://bit.ly/qBYuqL

Référence neutre: [2011] CRL 315

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...