16 Août 2011

Une déclaration de copropriété est susceptible d’être amendée verbalement, comme tout autre contrat, en vertu des articles 1385 et 1439 C.c.Q.

par Nathan Williams
Tremblay Savoie Lapierre s.e.n.c.

En matière de petites copropriétés, il arrive bien souvent que
les formalités prévues à la déclaration de copropriété soient laissées en
désuétude au profit des ententes informelles et des accords implicites. C’est ce qu’invoquent les intimés dans la cause Lavallée c. Simard (2011 QCCA 1458)
alors qu’ils font face à une requête en injonction interlocutoire et permanente
visant à faire détruire des travaux apportés à leur unité privative et plaident
que ces derniers ont fait l’objet d’une approbation informelle préalable par
les copropriétaires appelants.



Après avoir effectué une revue de différentes décisions rendues
en la matière et des dispositions applicables du Code civil du Québec, le juge
en chef de la Cour d’appel écrit :

[32] Je conclus de ce qui précède que, par l’expression de leur volonté,
les parties à une déclaration de copropriété peuvent en modifier informellement
la teneur. La déclaration est en effet soumise au régime général des contrats,
notamment à l’article 1378 C.c.Q., dans les limites posées par le
chapitre de la copropriété divise du Code civil, notamment l’article
1101. À l’inverse, la jurisprudence indique que toute omission par un
copropriétaire ou un syndicat de s’opposer aux gestes d’un copropriétaire ne
révèle pas nécessairement l’intention de les autoriser ou de modifier la
déclaration elle-même. L’existence d’une telle modification informelle
constitue une question de fait qu’il appartiendra aux tribunaux de première
instance d’évaluer. Par souci de stabilité pour leurs rapports juridiques et
leurs liens de voisinage, on ne peut qu’inviter les copropriétaires à prendre
le temps de formaliser toute modification de leur déclaration de propriété
selon la procédure qu’elle prévoit lorsque de nouvelles pratiques ou des
incertitudes émergent.  

[33] En l’espèce, l’amendement de la Déclaration par les parties au
litige pour y intégrer un processus informel d’autorisation des modifications
apportées aux parties communes, de même que l’approbation des travaux réalisés
par les appelants via un processus informel, constituent des questions de fait
à l’égard desquelles notre Cour a un devoir de déférence qui exige qu’elle
n’intervienne qu’en cas d’erreur manifeste et dominante du tribunal de première
instance

Le texte intégral du jugement est disponible ici: http://bit.ly/ncShis

Référence neutre: [2011] CRL 323

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...