Quand Thémis et Erato se rencontrent

Par François-Xavier Robert Ordre des agronomes du Québec Rares sont les avocats qui incluent des poèmes et deschansons dans leurs cahiers d’autorités. Il faut dire que ceux-ci sont souventdéjà très volumineux, parfois trop. Toutefois, cette omission n’empêche pas lesjuges de s’inspirer de poètes et d’écrivains lors de la rédaction de leursjugements. Aux rabat-joie qui me diront que la poésie n’a pas saplace dans les austères paragraphes des décisions judiciaires, je répondrai quenotre monde manque parfois cruellement de beauté et, qu’avec les affairesqu’ils entendent, nos magistrats sont hélas parmi les mieux placés de notresociété pour le constater. Voici donc quelques exemples tirés de lajurisprudence. JacquesPrévert en Cour supérieure, chambre commerciale Dans la décision Doualan c. Bissonnette, C.S Longueil, no 505-11-005896-035, 29 octobre 2003, registraire G. Corbeil, la Cour supérieure devait statuer sur la requête d’un créancier qui demandait la levée de l’avis de suspension des procédures contre le failli, alléguant avoir… Lire la suite