par
Pierre-Luc Beauchesne
Articles du même auteur
05 Juil 2012

Des amendes peuvent constituer une réclamation prouvable dans une faillite

Par Pierre-Luc Beauchesne, Gowling Lafleur Henderson S.E.N.C.R.L.


Par Pierre-Luc Beauchesne, en collaboration avec
Véronique Ethier, étudiante en droit

Gowling Lafleur Henderson s.e.n.c.r.l., s.r.l.

Greeley (Syndic de), 2012 QCCS 2680

Dans l’affaire Greeley
(Syndic de) (2012 QCCS 2680
), la Cour supérieure précise que la
réclamation du Percepteur des amendes (ci-après le « Percepteur »)
peut constituer une réclamation prouvable dans une faillite. D’une part, étant
donné que les faits reprochés et l’émission du constat d’infraction ont eu lieu
avant la date de la faillite, la réclamation a acquis un degré suffisant de
certitude et de prévisibilité pour être qualifiée de réclamation prouvable au
sens de l’article 121 de la Loi sur la
faillite et insolvabilité
(ci-après « LFI »). La réclamation est
également devenue certaine avec le plaidoyer de culpabilité et a été liquidée
avec le jugement sur la peine, qui sont antérieurs à la libération du débiteur.
D’autre part, la nature pénale et non libérable des amendes ne fait pas
obstacle à sa reconnaissance comme réclamation prouvable.

Le 3 mars 2008, l’AMF émet un constat d’infraction à M. Greeley, lui
reprochant d’avoir exercé illégalement l’activité de courtier en valeurs
mobilières au cours des années 2002 et 2003. Le 11 décembre 2008, M. Greeley
fait cession de ses biens. Le 1er avril 2010, la Cour du Québec
condamne M. Greeley à payer des amendes totalisant la somme de 36 000$.
Par la suite, le Percepteur produit sa preuve de réclamation auprès du Syndic.
Le 4 octobre 2010, M. Greeley est libéré de sa faillite et, quelques semaines
plus tard, le Syndic rejette la preuve de réclamation du Percepteur. Le
Percepteur conteste la décision du Syndic et présente une requête en appel du
rejet de sa preuve de réclamation en vertu de l’article 135 (4) LFI.

Le tribunal conclut tout d’abord que les amendes constituent une
réclamation prouvable, même si elles étaient à la date de la faillite une
réclamation éventuelle non liquidée :

« [33] Dès l’émission du Constat
d’infraction, la réclamation pour les Amendes n’était donc plus une éventualité
lointaine ou spéculative. Considérant les pré-requis pour l’émission du Constat
d’infraction, cette dette éventuelle avait dès lors l’élément de probabilité ou
de certitude requis pour la qualifier de réclamation prouvable.

[34] Certes, la présomption d’innocence
s’applique ici à la détermination du niveau de certitude de la créance, qui est
de nature pénale. M. Greeley était présumé innocent et un simple doute aurait
suffit pour l’acquitter.

[35] Cependant, pour qualifier une réclamation
éventuelle non liquidée de réclamation prouvable, il n’est pas nécessaire
d’avoir la certitude absolue qu’elle se traduira par une sanction monétaire
claire et déterminée contre le Débiteur. Plutôt, un élément de probabilité, un
degré suffisant de certitude est requis.

[36] Il suffit que la réclamation éventuelle ne
soit pas trop spéculative ou éloignée. Ainsi, la perspective d’un acquittement
éventuel, en raison de la présomption d’innocence ou de l’existence possible
d’un doute sur la culpabilité, ne suffisent pas d’emblée à rendre une telle
réclamation trop éloignée ou spéculative.

[37] Par surcroît, une contravention à la LVM
entraîne nécessairement une sanction monétaire contre le contrevenant. En
effet, la LVM prévoit l’imposition d’amendes minimales[19]. Cet élément
augmente la probabilité que le Débiteur, au terme du processus pénal, devienne
assujetti à une obligation monétaire envers un créancier dans la faillite.
L’existence de cette peine minimale en argent rend donc la créance moins
incertaine et lointaine et favorise sa reconnaissance à titre de réclamation
prouvable au sens de la LFI.

[38] La réclamation pour le paiement des
Amendes était donc suffisamment probable au moment du dépôt de la cession de
biens. »

Le tribunal précise ensuite que la créance est devenue certaine avec le
dépôt du plaidoyer de culpabilité et a été liquidée lorsque le jugement a été
prononcé, soit avant la libération du débiteur.

Enfin, le tribunal conclut que les amendes peuvent être à la fois des
dettes non libérables au sens de l’article 178 (1) a) LFI et des réclamations
prouvables au sens de l’article 121 LFI. Le créancier d’une dette non libérable
ne pourrait donc être privé de participer à la distribution, au même titre que
les autres créanciers, du seul fait qu’il détient une telle créance.

La Cour supérieure annule donc l’avis de rejet du Syndic de la preuve de
réclamation du Percepteur des amendes.

Le texte intégral de la décision se retrouve ici.

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...