16 Jan 2013

Du fardeau de preuve en matière de reconnaissance et d’exécution de jugements étrangers rendus par défaut

Par
Geneviève Chabot
Osler,
Hoskin & Harcourt s.e.n.c.r.l., s.r.l.

En matière de reconnaissance et
d’exécution de jugements étrangers, le législateur québécois s’est rangé du
côté de la prudence, insérant au Code
civil du Québec
différents mécanismes promouvant le respect et la
sauvegarde des droits des parties. Cela est particulièrement vrai dans le cas
des jugements rendus par défaut. L’article 3156 du Code civil du Québec, en effet, opère en faveur de défendeur un
renversement du fardeau de preuve, imposant au demandeur celui de prouver
« que l’acte introductif d’instance a été régulièrement signifié à la
partie défaillante, selon la loi du lieu où elle a été rendue ». De quelle
façon le demandeur peut-il se décharger de ce fardeau? La Cour supérieure s’est
penchée sur la question dans l’affaire Jannesar
c. Yousuf, 2012 QCCS 6227.

Les
faits

L’invasion du Kuweït par l’Irak au
début des années 1990 s’est révélée, de façon surprenante, plutôt bénéfique pour
le développement du droit international privé au Québec. En témoigne notamment
la récente décision de la Cour suprême dans Kuwait
Airways Corp. c. Irak
, 2010
C.S.C 40
portant sur l’interaction entre les règles en matière d’immunité
des états et celles en matière de reconnaissance et d’exécution de jugements
étrangers.

Dans l’affaire qui nous occupe, deux
anciens partenaires d’affaires au Kuweït se disputent une indemnité versée par
les Nations unies en compensation pour les dommages subis par leur entreprise à
la suite de l’invasion. Fort d’un jugement par défaut rendu en sa faveur, le
demandeur s’est adressé aux tribunaux québécois afin de faire reconnaître et
exécuter celui-ci au Québec, où la défenderesse réside actuellement. À
l’encontre de cette demande de reconnaissance, la défenderesse plaide que la
mise en œuvre de l’article 3156 du Code
civil du Québec
nécessite la présentation d’une preuve indépendante de
signification démontrant que celle-ci a été faite en accord avec les règles de
droit locales. Le demandeur, pour sa part, argumente que la présentation du
jugement étranger confirmant que la signification a été faite en conformité
avec ces règles suffit.

Analyse

Pour les raisons décrites ci-après, la
Cour supérieure donne raison au demandeur et accepte le jugement étranger comme
faisant de lui-même preuve de signification régulière. Soulignons d’abord que
le juge, après avoir maintenu une objection à la qualification d’un expert en
matière de droit koweïtien, a pris connaissance d’office des règles de droit
locales pertinentes en l’espèce.

Selon ces règles, lorsqu’un huissier
de justice ne trouve pas une personne appropriée à qui remettre l’acte de
signification, ou si la personne trouvée refuse de signer ou de recevoir l’acte,
il doit le déposer auprès du chef de police de la circonscription de la
résidence ou du lieu de travail du destinataire, et lui adresser, dans les
vingt-quatre heures, une lettre recommandée avec avis de réception à laquelle
est jointe une copie de l’acte. En l’espèce, le demandeur a omis de produire
copie de ladite lettre au dossier de la Cour, d’où l’opposition de la
défenderesse à la reconnaissance et à l’exécution du jugement.

Le jugement, toutefois, indiquait que
toutes les exigences de signification du droit local avaient été respectées. De
l’avis de la Cour supérieure, en l’absence de preuve à l’effet contraire, une
telle affirmation suffit pour que le démandeur se décharge de son fardeau en
vertu de l’article 3156 du Code civil du
Québec
, le jugement faisant preuve de son contenu:

« [25]
The Court concludes that Mr. Jannesar has met his burden of proving that the
introductory proceeding was validly served on Ms. Ali Sultan Yousuf.  Two elements lead to this conclusion.

[26]  Firstly, the Foreign Judgement is presumed to
make proof of its contents in accordance with article 2822 C.C.Q.  This was recognized by the Court of Appeal in
the matter of Aboud v. Eplus Technology
Inc.

[27] Justice
Claudine Roy also recognized this principle in the matter of Nateus c. Canadian Forest Navigation and
Company Ltd.
, stating: “L’article 2822 C.c.Q. (tout comme l’ancien article
1220 C.c.B.C.) prévoit que le jugement étranger constitue un acte
semi-authentique faisant preuve prima facie de son contenu et ce, tant quant à
la nature du jugement rendu, qu’à ses motifs et à la cause d’action.

[28]
Both of these judgements leave open the possibility for a party to rebut the
presumption with appropriate evidence. 
That said, no such proof was offered by Ms. Ali Sultan Yousuf.

[29]  She made no evidence that the Foreign
Judgement is not a valid judgement of the Kuwaiti court, or that its subject
matter does not concern her, or, finally, that she was unaware of the
proceedings that had been instituted against her.

[30]
Therefore, the only possible conclusion for the Court when it reads in the
Foreign Judgement that the proceeding was “legally announced to the respondent
by virtue of the law” is that the service was valid under Kuwaiti law.

[31]
The second element is the report of service, exhibit R-6.  Other than the fact that no registered letter
to Ms. Ali Sultan Yousuf was produced into the record, the Court concludes that
the report of service of the introductory proceeding shows that service was
made in conformity with Kuwaiti law. »

En somme, le
jugement étranger dont on cherche la reconnaissance et l’exécution au Québec
peut, en lui-même, constituer un élément de preuve permettant au demandeur de
se décharger du fardeau qui lui incombe de prouver la signification régulière
de son acte introductif d’instance selon la loi du lieu où la décision a été
rendue.

Le texte intégral de la décision est
disponible ici.

 

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...