par
Vanessa Hergett
Articles du même auteur
27 Fév 2017

Ville de Montréal c. Centre islamique Badr – Lorsqu’un règlement de zonage porte atteinte à la liberté de religion

Par Vanessa Hergett, Avocate, Beauregard Avocats


Par Vanessa Hergett
Avocate
Beauregard Avocats

Dans Ville de
Montréal c. Centre islamique Badr
, la Ville de Montréal demande que la Cour
supérieure ordonne au Centre islamique Badr (ci-après le « Centre »)
de cesser les activités de rassemblement pour la prière et cérémonies
religieuses, qui constitueraient un usage dérogatoire au Règlement de zonage
#1886 de l’arrondissement Saint-Léonard.



Faits et
contexte

Le Centre est un organisme de bienfaisance dont la
mission principale est axée sur la pratique de la religion musulmane. Il œuvre
dans l’arrondissement depuis 1999. Les locaux du Centre servent à la tenue de
cérémonies religieuses à chaque vendredi et pendant le Ramadan, en plus de service
pour des séminaires, formations et conférences ou à des fins communautaires.

Le 1er septembre 2004, le Centre déménage au
8625 Langelier. Avant, cet immeuble abritait un salon funéraire, avec un local
pour la tenue de cérémonies religieuses funèbres.

Quelques jours après son déménagement, le Centre
demande un certificat d’autorisation d’usage pour un « centre d’organisme
religieux ». L’arrondissement ajoutera à la demande de certificat, à
l’insu du Centre, la mention « sans cérémonie ». Ce n’est que près de
quatre ans plus tard que le certificat sera délivré.

Au moment du déménagement, le Règlement de zonage
applicable autorise l’usage « local d’un organisme religieux » sans
restriction empêchant la prière ou cérémonies religieuses.

Le 4 octobre 2004, la Ville dépose un avis de motion
afin de remplacer l’usage « local d’un organisme religieux » par
« bureau administratif et local pour enseignement et promotion des
activités d’un organisme religieux (sans assemblée, ni cérémonie
religieuse) ».

En 2010 et 2012, la Ville adopte deux autres règlements
affectant les « lieux de culte ».

La preuve démontre que la Ville connaissait, dès le
déménagement, les activités du Centre.



Questions
en litige



A) Le
Centre bénéficie-t-il de droits acquis à faire usage de sa propriété à des fins
de centre d’organisme religieux où se tiennent des cérémonies religieuses?

B) La ville
a-t-elle respecté son obligation d’équité procédurale lors de l’adoption des
règlements no. 1886-235 et 1886-278?

C) La
réglementation de la Ville porte-t-elle atteinte à la liberté de religion des
pratiquants musulmans qui fréquentent le Centre?

D) Les
circonstances particulières du présent litige militent-elles en faveur de
l’exercice de la discrétion judiciaire afin d’éviter une injustice qu’une
application stricte et aveugle de la réglementation pourrait entraîner?



Analyse

D’emblée, le juge pose la prémisse fondamentale
suivante:

« [30]        Comme prémisse fondamentale de laquelle doivent
découler les réponses à chacune des questions, il convient d’établir comme
principe général qu’une loi ou un règlement qui porte atteinte aux droits et
libertés reconnus à l’individu par le droit commun doit s’interpréter
restrictivement et qu’en cas de difficulté réelle d’interprétation, cette loi
doit être appliquée par les tribunaux de manière à favoriser l’exercice de ces
droits et libertés. »



A) Droits acquis à l’usage

Dans un premier temps, le juge examine l’usage autorisé
par le Règlement de zonage au 8 septembre, moment de la demande de
certificat d’autorisation.

Un usage permis peut comprendre plusieurs activités. La
tenue de la prière consiste en une activité naturellement incorporée à l’objet
d’un organisme religieux et de l’usage principal permis « organisme
religieux ». Par conséquent, le Centre détenait des droits acquis pour les
cérémonies religieuses.

La Cour va plus loin encore. Elle estime que même avant
septembre 2004, les activités de prière et cérémonies étaient acquises, puisque
le salon funéraire s’y adonnait.

B) Équité procédurale

Le Centre soumettait que les modifications
réglementaires ont été faites sans respecter l’équité, en n’ayant pas été avisé
préalablement à l’adoption de celles-ci, ce qui ne lui a pas permis de
soumettre ses représentations. La Ville prétend qu’en respectant le cadre de la
Loi sur l’aménagement et l’urbanisme
et le processus de consultation qui y est prévu, elle a respecté son obligation
d’équité procédurale.

La Cour conclut que lorsque les exigences de la Loi
sont appliquées rigoureusement, l’exigence d’équité procédurale est remplie, ce
qui était le cas en l’espèce.

C) Liberté de religion

La Cour rappelle les deux critères pour déterminer si
une mesure réglementaire contrevient à la Charte canadienne:

« [56]        Il
est bien établi qu’une mesure réglementaire contrevient à l’alinéa 2a) de
la Charte canadienne lorsque :
56.1   Le plaignant
entretient une croyance ou se livre à une pratique sincère ayant un lien avec
la religion et que;
56.2   La mesure réglementaire
contestée nuit d’une manière plus que négligeable ou insignifiante à la
capacité du plaignant de se conformer à ses croyances religieuses. »

La Cour estime que les croyances religieuses des
membres du Centre ne font aucun doute. C’est le 8625 Langelier qui répondait le
mieux aux attentes vu sa proximité avec la communauté maghrébine et le
transport et accès faciles, ainsi que la dimension des locaux.

En 2004, il n’existait pratiquement aucun autre endroit
où le Centre aurait pu tenir ses activités communautaires et des cérémonies
religieuses, ce qui fait que le Centre était dans l’impossibilité de
s’installer ailleurs. La Cour estime que cette contrainte est significative, ce
qui remplit le second critère:

« [76]        Le 8625 Langelier s’avère actuellement
le seul endroit où les membres du CIB peuvent exercer leur liberté de
religion. »



La Cour conclut donc que le Règlement de zonage tel que
modifié en 2004 brime la liberté de religion et est inopposable au Centre.

D) Discrétion judiciaire

D’abord, le juge reproche aux agents de la Ville
d’avoir fait preuve de mauvaise foi en modifiant la demande du certificat
d’autorisation à l’insu du Centre. La Ville a également fait preuve de
négligence grossière en prenant plus de 3 ans pour répondre à la demande de
certificat.

Ce comportement répréhensible constitue une
circonstance exceptionnelle militant en faveur du principe de préclusion.

À l’inverse, le juge estime que le Centre a fait preuve
de bonne foi et diligence à corriger la situation.

Le juge conclut que les circonstances exceptionnelles
font en sorte que la discrétion judiciaire est nécessaire pour éviter une
injustice.

Conclusion

La demande en justice de la Ville de Montréal est
rejetée.

Le texte intégral de la décision est disponible ici

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...