par
SOQUIJ
Intelligence juridique
Articles du même auteur
18 Jan 2019

Sélection SOQUIJ – Droit de la famille — 1914, 2019 QCCA 20

Par SOQUIJ, Intelligence juridique

FAMILLE : Le
juge de première instance a commis une erreur révisable en refusant de
rétracter le jugement ayant prononcé la déchéance de l’autorité parentale du
père car, d’une part, le délai de 48 mois établi par la jurisprudence pour
conclure à un abandon n’a pas été dépassé et, d’autre part, il n’était pas
possible de conclure que le père avait, dans les faits, abandonné ses enfants
depuis la séparation des parties.

2019EXP-94

Intitulé : Droit de la famille — 1914, 2019 QCCA 20
Juridiction : Cour d’appel (C.A.), Québec, 200-09-009805-182
Décision de : Juges Julie Dutil, Jacques Dufresne et Jean Bouchard
Date : 9 janvier 2019
Références : SOQUIJ AZ-51560240, 2019EXP-94 (11 pages)

Résumé

FAMILLE — autorité
parentale — déchéance — abandon — délai de 43 mois — absence de
circonstances particulières — disposition du parent gardien à accorder des
droits d’accès au parent non gardien — jugement par défaut — rétractation de
jugement — signature d’un consentement à une demande de déchéance de l’autorité
parentale et à une convention sur mesures accessoires prévoyant des droits
d’accès.
PROCÉDURE CIVILE —
rétractation de jugement — jugement par défaut — matière familiale — déchéance
de l’autorité parentale — signature d’un consentement à une demande de
déchéance de l’autorité parentale et à une convention sur mesures accessoires
prévoyant des droits d’accès — abandon — prémisses diamétralement opposées —
contradiction flagrante et objective — confusion — délai de 43 mois —
absence de circonstances particulières.
PROCÉDURE CIVILE —
nouveau Code de procédure civile.
Appel d’un jugement de la Cour
supérieure ayant rejeté des demandes en rétractation de jugement et en fixation
de droits d’accès. Accueilli.

Les parties se sont mariées en 2005,
elles se sont séparées en 2014 et elles ont 3 enfants mineurs. À la fin de
2016, le père a signé un document notarié par lequel il déléguait une partie de
son autorité parentale à la mère et au nouveau conjoint de celle-ci en vue de
permettre à l’aîné d’aller habiter et jouer au hockey à ville A. À l’été
2017, la mère a déposé une demande en divorce puis une demande en déchéance de
l’autorité parentale ainsi qu’en changement de nom à l’encontre du père au
motif que ce dernier avait abandonné leurs enfants depuis la séparation.
Lorsque le père s’est rendu au cabinet de l’avocate de la mère pour signer
divers documents reliés au divorce, il a signé la convention sur mesures
accessoires ainsi qu’un document indiquant qu’il recevait une copie pour valoir
signification de la demande de déchéance et qu’il ne la contestait pas. Le
6 septembre suivant, le divorce des parties a été prononcé. Quelques
semaines plus tard, la mère a inscrit par défaut la demande de déchéance, laquelle
a été accueillie au mois d’octobre. Lorsque le père a pris connaissance du
jugement l’ayant déclaré déchu de son autorité parentale, il a présenté ses
demandes.

Le juge de première instance a conclu que le père avait signé les demandes en
divorce et en déchéance de l’autorité parentale de manière libre et éclairée et
qu’il s’était présenté au cabinet de l’avocate de la mère dans l’intention
ferme de mettre fin à tout lien avec celle-ci, son conjoint et ses enfants,
étant donné qu’il partait s’établir définitivement dans l’Ouest canadien. Quant
à la demande de déchéance, le juge a conclu que la délégation de l’autorité
parentale au conjoint de la mère permettait d’inférer que le père se
désintéressait totalement de ses enfants. Tout en reconnaissant que la déchéance
était une mesure extrême, le juge a conclu qu’elle s’imposait.
Décision
Lorsque le père s’est présenté au cabinet de l’avocate de la mère, il a signé
un consentement à une demande de déchéance de l’autorité parentale de même
qu’une convention sur mesures accessoires stipulant qu’il bénéficierait de
droits d’accès selon une entente à l’amiable entre les parties. Manifestement,
l’entente sur l’organisation des droits d’accès enlève tout fondement juridique
à la demande de déchéance de l’autorité parentale. Dans ces circonstances, le
juge aurait dû faire preuve de prudence et accueillir la demande de
rétractation au stade de la recevabilité. Non seulement la confusion du père
pouvait résulter de cet imbroglio flagrant dans la procédure, mais elle semble
également découler de la conduite de l’avocate, qui ne pouvait, à titre
d’officier de justice, obtenir le consentement du père à des procédures fondées
sur des prémisses diamétralement opposées, et ce, d’autant moins que ce dernier
n’était pas représenté par un avocat à l’époque.

Le juge aurait dû accueillir également la demande de rétractation sur le fond.
D’une part, le délai de 48 mois établi par la jurisprudence pour conclure
à un abandon n’avait pas été dépassé. D’autre part, la preuve ne permettait pas
de conclure que le père, dans les faits, avait abandonné ses enfants depuis la
séparation des parties. La mère était d’ailleurs toujours d’accord, au moment
de la signature de la convention sur mesures accessoires — signée la même
journée que la demande en déchéance de l’autorité parentale —, pour qu’il
exerce des droits d’accès, ce qui amène à conclure que la conduite du père
après la séparation n’avait rien d’infamant.

Instance précédente : Juge Marc Lesage, C.S., Beauce (Saint-Joseph-de-Beauce),
350-04-000106-170 et 350-12-008410-171, 2018-05-29.

Le texte
intégral de la décision est disponible ici

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...