par
SOQUIJ
Intelligence juridique
Articles du même auteur
21 Fév 2020

Sélection SOQUIJ – ACTION COLLECTIVE : Amnistie internationale Canada c. Environnement Jeunesse, 2020 QCCA 223

Par SOQUIJ, Intelligence juridique

ACTION COLLECTIVE
(RECOURS COLLECTIF) : La procédure d’intervention spécialement prescrite
par l’article 586 C.P.C. ajoutant aux procédures générales en matière
d’intervention, celles-ci sont donc applicables, avec les ajustements
nécessaires, au régime particulier établi en matière d’action collective.









2020EXP-417

Intitulé : Amnistie internationale Canada c. Environnement Jeunesse, 2020 QCCA 223
Juridiction : Cour d’appel (C.A.), Montréal
Décision de : Juge Marie-France Bich
Date : 12 février 2020
Références : SOQUIJ AZ-51668394, 2020EXP-417 (16 pages)

Résumé
ACTION COLLECTIVE
(RECOURS COLLECTIF) — procédure — incidents — intervention amicale —
autorisation — droit constitutionnel — droits fondamentaux — intérêt public —
contrôle d’opportunité — nécessité.
Demande d’intervention amicale.
Accueillie.
Amnistie internationale Canada
souhaite intervenir dans l’appel d’un jugement ayant rejeté une demande
d’autorisation d’intenter une action collective portant notamment sur la
conduite du Canada en matière environnementale et sur les atteintes aux droits
fondamentaux qui en découleraient. Elle entend faire valoir des arguments
fondés sur des instruments internationaux ratifiés par le Canada et dont ne
traite aucune des parties.

Décision

La procédure d’intervention spécialement prescrite par l’article 586 du Code
de procédure civile
 (C.P.C.) ajoute aux procédures générales en
matière d’intervention. Celles-ci sont donc applicables au régime particulier
établi en matière d’action collective. Par ailleurs, si l’on imagine moins bien
une intervention agressive ou conservatoire au stade de l’autorisation, on ne
peut exclure d’emblée le cas de l’intervention amicale. De façon générale, les
cours font montre d’une certaine souplesse en matière d’intervention amicale
lorsque le litige est d’intérêt public ou qu’il soulève des questions de droit
public. Cette souplesse ressort de l’article 187 C.P.C. lui-même. Cependant,
les exigences prévues au second alinéa de cet article doivent être modulées en
fonction de la nature du processus d’autorisation, de sorte que le critère de
l’opportunité (mesurée selon l’importance des questions et l’utilité de
l’apport du tiers) se rapproche de celui de l’indispensabilité. En l’espèce, la
présence de l’intervenante paraît de nature à fournir un éclairage utile et
même nécessaire à la Cour.

Instance précédente : Juge Gary D.D. Morrison, C.S., Montréal, 500-06-000955-183,
2019-07-11, 2019 QCCS 2885, SOQUIJ AZ-51611420.

Le
texte intégral de la décision est disponible ici

Commentaires (0)

L’équipe du Blogue vous encourage à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d’alimenter les discussions sur le Blogue. Par ailleurs, prenez note du fait qu’aucun commentaire ne sera publié avant d’avoir été approuvé par un modérateur et que l’équipe du Blogue se réserve l’entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.

Laisser un commentaire

À lire aussi...